La dette publique de l’Allemagne a atteint un nouveau record au premier trimestre de 2021. Comme il ressort des données publiées par Destatis, l’Office fédéral de la statistique allemand, pour la première fois dans l’histoire a été franchi 2.200 milliards d’euros, certifiant un saut de 1,5% par rapport aux trois derniers mois de 2020.

Traduit, pour la principale économie de la zone euro, c’est une dette par habitant de 26 532 euros, avec un ratio dette/PIB qui, selon les analystes, pourrait bientôt atteindre 80 %, contre 59,8 % lors de la dernière année pré-Covid, en 2019. À l’instar de l’Italie, qui accumule de nouveaux records à chaque bulletin de Bankitalia – le dernier remonte à avril dernier, 2 680,5 milliards de dette publique – l’Allemagne paie également la facture des politiques de soutien mises en œuvre par le gouvernement Merkel pour atténuer les effets négatifs de la pandémie.

Après les nombreuses interventions de l’année dernière, en effet, le Bundestag – le Parlement allemand – a donné son feu vert en mars pour une nouvelle manœuvre de 60 milliards, à financer entièrement par des emprunts sur le marché, conduisant ainsi à une augmentation de la dette publique de 240 milliards seulement en 2021. La facture globale de la pandémie, pour la période 2020-2022, sera, selon les analystes, de 450 milliards.

Pour l’année prochaine, en outre, le ministre des finances Olaf Scholz a déjà présenté une proposition de budget qui impliquerait une nouvelle augmentation de la dette de 81,5 milliards, obligeant ainsi le Bundestag à suspendre pour la troisième année consécutive les contraintes sur la dette de la Constitution allemande.

Hausse de la confiance des consommateurs et des entreprises en Allemagne

En revanche, après que la troisième vague ait contraint l’exécutif à imposer un strict verrouillage dans tout le pays, l’arrivée de l’été et le ralentissement consécutif des contagions ramènent la paix parmi les consommateurs et les entreprises, comme le révèlent les dernières données sur la santé de l’économie allemande.

Dans le détail, le rapport Gfk sur le moral des consommateurs mis à jour pour le mois de juillet s’est établi à -0,3, contre -6,9 précédemment et un consensus de -4, tandis que l’indice Ifo de confiance des entreprises de juin a grimpé à 101,8, contre 99 en mai et des estimations des analystes de 100,6.