L’homéopathie est un ensemble de pratiques médicales dont le principe est centré sur la similitude et linfinitésimalité. Il s’agit d’un système médical qui consiste à introduire de petites doses de substances ayant provoqué des symptômes dans l’organisme pour les éliminer.

Aujourd’hui, de nombreux laboratoires proposent des médicaments homéopathiques pour le traitement de nombreux maux. On constate des médicaments commercialisés sous un nom commun et des médicaments vendus sous un nom de marque. Pour en savoir plus, lisez la suite de l’article.

Qu’est-ce que l’homéopathie ?

L’homéopathie est le terme désignant la médecine alternative, un système de traitement qui ne fait pas partie des soins de santé traditionnels. Cela signifie qu’elle diffère grandement de la médecine conventionnelle.

Les principes de base constituant l’homéopathie remontent aux années 1700 où un médecin allemand du nom de Samuel Hahnemann a développé une série d’idées de traitements. La croyance centrale de ces idées est que « le semblable guérit le semblable », ce qui signifie qu’une substance qui est à l’origine de certains symptômes peut également contribuer à les guérir, voire les éliminer. Le deuxième principe fondamental repose sur un processus d’étapes successives de dilution et d’agitation, c’est-à-dire que plus une substance est diluée, plus sa capacité de traitement des symptômes augmente.

Qu’est-ce qu’un médicament homéopathique ?

Les substances actives qui rentrent dans la composition des médicaments homéopathiques peuvent être d’origine minérale, animale ou végétale. La majorité de ces substances sont présentes sous leur forme diluée exprimée en DH (dilution hahnemannienne au dixième ou décimale) ou CH (dilution hahnemannienne au centième ou centésimale). La substance finale est obtenue à partir de dilutions successives de la teinture mère. Un médicament homéopathique est encadré par une réglementation légale et scientifique et est obtenu par un processus de fabrication établie par l’Union européenne.

On retrouve en principe deux sortes de médicaments :

  • Les médicaments homéopathiques à nom commun ;
  • les médicaments homéopathiques à nom de marque.

Les médicaments homéopathiques à nom commun

Fabriqués selon des normes définies par la loi, ils se déclinent selon une variété de formes pharmaceutiques, à savoir forme liquide, tubes de granules, etc. Ils sont commercialisés sous le nom de leur appellation scientifique qui correspond au nom latin de la souche homéopathique.

Les médicaments homéopathiques à nom de marque

Ils sont distribués sous des noms de marque comme Angipax®. À l’inverse des médicaments homéopathiques à nom commun, ceux-ci comprennent une indication médicale et sont accompagnés de notice.

Quelles sont les problèmes traités avec l’homéopathie ?

La médecine homéopathique est utilisée pour traiter un large spectre de soucis de santé, y compris des conditions psychologiques. Ci-dessous une liste de certaines maladies traitées :

  • Les allergies ;
  • les migraines ;
  • la dépression ;
  • le syndrome de fatigue chronique ;
  • la polyarthrite rhumatoïde ;
  • le syndrome de l’intestin irritable ;
  • le syndrome prémenstruel.

Les traitements homéopathiques peuvent également être utilisés pour des soucis mineurs tels que des ecchymoses, des égratignures, de la toux, des rhumes, des maux de dents, des maux de tête, et des nausées. Mais attention, il ne faut pas les utiliser de manière négligée pour les maladies potentiellement mortelles comme les maladies cardiaques, l’asthme, le cancer ou en cas d’extrême urgence. Vous devez par ailleurs éviter de les utiliser à la place des vaccins, bien que certains produits homéopathiques appelés «nosodes» soient vendus comme une alternative aux vaccins, mais aucune études à ce jour ne prouve leur efficacité.

Quelles sont les conditions de mise sur le marché d’un médicament homéopathique ?

Avant d’être commercialisé, un médicament homéopathique doit faire objet d’une série d’examens cliniques pour être enregistré ou avoir une autorisation de mise sur le marché.

Se traiter à l'aide de l'homéopathie

L’enregistrement

Il concerne les médicaments homéopathiques et les trois conditions suivantes doivent être respectées :

  • L’introduction soit par voie orale ou par voie externe ;
  • aucune indication médicale particulière ou toute information sur le médicament, sur l’étiquette ;
  • le médicament ne peut contenir plus de 1/10 000 de la substance mère, et plus d’un centième de la plus faible dose utilisée éventuellement en allopathie.

La dernière condition est particulièrement importante pour établir un degré de dilution en mesure de garantir l’innocuité du traitement.

L’autorisation de mise sur le marché (AMM)

Elle concerne tous les médicaments homéopathiques qui ne peuvent respecter les conditions mentionnées précédemment. Dans ce cas, une demande accompagnée d’un dossier documentant la qualité, la sécurité et l’usage homéopathique du médicament doit être déposée par le laboratoire auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour le médicament homéopathique considéré.

Si le dossier après évaluation prouve que le médicament remplit les garanties requises, l’ANSM peut soit délivrer l’AMM ou établir l’enregistrement du médicament homéopathique.

 

Laisser un commentaire